Clowns à l’hôpital

Une petite pensée qui va bien pour un chantier perpétuellement en actions....

 

"Il existe une réelle responsabilité de venir jouer à l’hôpital vis-à-vis des patients, des soignants et des familles. Le clown a un rôle à endosser, quels que soient ses interlocuteurs, dès lors qu’il a franchi la porte de l’hôpital.

 

Que nous le voulions ou non, pour tout le personnel, dès qu’il arrive avec son sac à la main, le clown EST clown, qu’il soit encore en civil, avant même qu’il ait revêtu son masque, ou qu’il soit déjà en jeu. A ce titre, il se doit déjà d’être en capacité d’être dans l’écoute et dans l’empathie lorsqu’il partage avec les personnels des moments d’intimité et des confidences qui font de lui un exutoire à leur quotidien professionnel. Le moindre détail nourrit et facilite l’appréhension de la journée dans le service. Même si le personnel fait la différence entre le personnage et l’acteur, les deux sont intimement associés dans la fonction de « clown à l’hôpital ».

 

Tout ce qui est dit et entendu par le clown doit l’être au pied de la lettre, à travers le filtre de l’émotion de l’interprète (retraitement imagé, voire détourné, du mot exprimé). Le clown comprend tout mais de travers. Il se doit d’agir en se plaçant sur un même pied d’égalité avec l’ensemble de ses interlocuteurs, quel que soit leur statut. Le jeu doit justifier la manière de se comporter face à telle ou telle personne, dès lors que l’on se place du point de vue de l’humain et non plus de celui du statut de la personne.

 

Le clown a ainsi pour mission de bousculer l’ordre établi et de renverser les règles en place en s’adressant d’abord à l’être humain, avant même de le considérer selon ce qu’il représente, qu’il soit médecin, infirmière ou patient. En prenant le contre-point de la situation réelle, il agit sur la structuration même du système en modifiant les codes établis.

 

Ainsi, les clowns doivent absolument ne pas faire partie des murs qui emprisonnent les patients, le personnel et les familles. Ils sont de drôles d’oiseaux qui passent à travers les barreaux des fenêtres ; ils créent la surprise toujours et partout

 

L’enjeu de la transgression de la règle prend le dessus dans le respect de l’autre et de sa différence, quel qu’il soit, puisqu’il est là et présent, au même titre que tout autre."

(...) Nikola Martin

 

Que ce soit en intervention directe ou en coordination artistique, cette démarche est mise en oeuvre aux côtés et avec les équipes rhône-alpines que sont :